degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

dimanche 30 octobre 2011

Les tissus de l'air


Quoi de plus naturel, de plus abstrait, de plus léger, de plus transparent, de plus invisible que l'air ? Mais quoi de plus essentiel que l'air?
Nous sommes capables de détecter avec nos sens toute les subtilités que véhicule l'air. L'air possède une jolie garde robe d'arômes qu'il nous distille au gré des saisons, tout comme nous avons une garde robe saisonnière. N'avez-vous jamais constaté que l'air d'automne sent la mousse, les champignons ; il nous met en appétit, l'air d'hiver est vif, frais, cinglant, il rougit nos joues et gêle nos mains. Curieusement, on sent sa présence sur notre peau, mais on ne  le sent pas car le froid le rend inodore, l'air du printemps délicieusement réchauffé par les doux rayons du soleil titille nos narines avec dans son sillon un léger parfum d'herbe fraîchement coupée. L'air de l'été, mine ne rien, l'air de ne pas y toucher,  disperse à tous vents les fragrances des fleurs qui égaient nos villes, nos balcons, nos ronds points, nos campagnes... Dans les villes, malheureusement, on le sent tout le temps, il est présent, trop présent car vicié par la pollution. Toutes les saisons ont des couleurs et des ôdeurs, notre vestiaire aussi.

 Cependant, bien que l'homme empoisonne tous les jours un peu plus ce cadeau de la nature, tout en ayant de cesse de le conserver intact,  inodore, insipide, impalpable, comme au premier jour de la création.

Mais, comme le pire n'est jamais certain, je sais qu'il existe encore des lieux d'une pureté primaire. J'en ai découvert deux :
Le premier est  au Pérou. Sur les bords du lac Titicaca situé à 3600 m d'altitude, j'ai eu l'impression  que le ciel était à portée de main, rien entre les étoiles et le bout de mes doigts sinon un espace vide et incroyablement transparent. Un air limpide, oui limpide. C'est l'œil qui perçoit cette pureté.
Le second est en Afrique du sud sur la pointe extrême sud, à l'extrémité du continent africain, à portée de vue du "cap de bonne espérance”.  Après, plus rien ; que l'eau, l'eau et les glaciers très loin encore, le pôle sud. A cet endroit précis j'ai senti l'air, l'air pur, l'air qu'aucun autre humain n'avait respiré, l'air qu'aucun humain n'avait pollué. Il venait directement des glaciers du sud. Je l'ai senti et non ressenti. J'en emplit mes poumons à en éclater, j'ai inspiré comme jamais, à vouloir prendre des réserves pour l'année.... Une ôdeur de frais, de délicieusement naturel avec un soupçon de je ne sais quoi de particulier, difficile à cerner et encore plus difficile à décrire. Peut être quelque chose qui dépasse la dimension humaine, l'espace infini.

Et les tissus dans tout cela me direz-vous? J'y viens. En les côtoyant quotidiennement, j'ai constaté qu'il existait des correspondances entre les étoffes et les forces naturelles qui nous entourent, ces quatre éléments essentiels sans lesquels la terre ne serait pas notre planète bleue : l'air, le feu, la terre et l'eau.
Les philosophes grecs sont partis d'une hypothèse selon laquelle tous les matériaux constituant le monde seraient composés de ces quatre éléments ;  donc, les étoffes seraient aussi concernées. Aujourd'hui je vous propose d'associer les tissus et l'air.
 L'air c'est  l'espace,  l'infini,  la pureté. Quels sont les tissus qui correspondent à ces idées ? A priori des étoffes invisibles, claires, légères, immatérielles. Mais des tissus, a postériori très présents et utiles. Comme l'air que nous respirons, ces étoffes ont un rôle à jouer dans notre quotidien. Elles  habillent, protègent, préservent, décorent, embellissent, séduisent, parent, magnifient leur environnement immédiat. Des tissus aériens, transparents, légers, frissonnants, immatériels, les voilà qui bougent au gré du vent, les voici qui font le dos rond lorsqu'ils se remplissent d'air. De l'air, de l'air, de l'air !




LE VOILE
La plus simple des étoffes est la toile. Une toile de coton fine et opaque, voir transparente et c'est le voile. Zénana, zéphyr, linon, baptiste, étamine, quelque soit le nom qu'on lui donne, le voile frissonne au moindre souffle d'air, il habille élégamment nos fenêtres, protège notre peau de rayons ardents du soleil. C'est encore lui qui masque le visage de la jeune mariée,  c'est aussi ce voile qui cache les larmes des veuves. Le voile, comme l'air est un écran imperceptible, invisible mais nécessaire. Il masque, cache, suggère. Il vit en osmose avec l'air qui lui offre un souffle de vie, il aime la nature, il incite au silence, il a la légèreté de l'insouciance, il est libre comme l'air, libre de ses mouvements, de sa gestuelle. En fibres naturelles c'est pour sa simplicité authentique que je l'aime, en fibres chimiques c'est pour ces qualités techniques que je l'adopte.
                                                                                   
                                                                                                                        à suivre




mardi 18 octobre 2011

Vous avez besoin d'un coach shopping ? Alors lisez ces quelques lignes

 Shopping : action de faire des courses, d'aller dans les magasins pour se promener ou faire des achats.
Voilà pour la définition, mais est-ce la réalité ? Y a-t-il toujours l'intention d'acheter ? Non, pas obligatoirement. On revient parfois, et même souvent "bredouille" d'une journée dans les boutiques, mais qu'importe, on recommencera. Que ce soit dans une petite boutique indépendante ou dans un grand magasin les accros du shopping ne seront jamais rassasiées, mais les shoppeuses occasionnelles n'ont pas toujours les bons reflexes, cela s'apprend, l'expérience est riche d'enseignement.
Serions-nous masochistes au  point que nous, femmes, aimions passionnément, attendions impatiemment, idéalisions sans condition, ces instants où tentation ne rime plus avec sérieux mais avec spontanéité, achat plaisir, quelque fois folie. Des achats compulsifs aussitôt regrettés. Un article acheté sans essayage qui finira au fond d'un tiroir. Faisons en sorte que le shopping deviennent une joie, un plaisir, une gourmandise.
Curieusement, cette activité, si l'on peut dire, devrait être unisexe et pourtant elle est spécifiquement féminine. Bien peu d'hommes envisagent le moment du shopping comme un divertissement, c'est trop souvent pour eux un achat nécessaire, impérieux, mais aussi  un rendez vous qu'ils évitent,  repoussent. Ils dégagent en touche, déléguant parfois cette épreuve à une autre personne. Heureusement, ils ont à leur disposition internet et les livraisons à domicile. Les vendeurs et vendeuses préfèrent généralement avoir un client masculin, seul de préférence,  car ils ne s'éternisent pas, leur achat est une nécessité, ils ne considèrent pas le shopping comme un loisir entre copains ; ils demandent l'avis du vendeur et le suivent. Belle vente en perspective car c'est un client sans défense qui se présente.
Une journée de shopping c'est éprouvant, fatiguant et surtout ça se prépare comme on prépare un marathon. Selon que vous serez seule ou  accompagnée, selon que vous prévoyez une matinée, quelques heures, la journée, selon que vous empruntez un transport en commun ou que vous prenez la voiture, selon que vous désirez élargir votre garde robe ou décorer la maison, votre préparation sera différente. Prenons comme exemple un jour de  shopping destiné à remplir votre dressing. Le matin, avant de partir, prévoyez un bon petit déjeuner parce que le déjeuner vous le sauterez peut être. A la rigueur, mettez dans votre sac une barre chocolatée ou quelques amandes pour éviter le coup de barre de 11 heures. Chaussez vous confortablement.  Et si vraiment le temps vous est compté, deux solutions s'offrent à vous pour acheter malin : la vente par correspondance et les grandes surfaces qui vous proposent d'échanger ou de vous rembourser les articles qui ne vous conviennent pas ou si vous n'avez pas eu le temps d'essayer dans la boutique. Mais le plaisir du shopping c'est aussi déambuler dans des quartiers qui regorgent de boutiques, de magasins, de stands, de corners. C'est peut-être encore dans ce type de boutique que  vous pouvez recevoir des conseils judicieux. Le shopping doit être un moment agréable alors, à vous de jouer et de piocher dans les lignes qui suivent quelques éléments destinés à améliorer votre score, pas forcément en nombre mais en qualité.
Faites votre shopping un jour où vous vous sentez bien, reposée, belle, un jour où vous avez du temps et où vous avez pris le temps de vous coiffer et de vous maquiller. Eventuellement, vous pouvez vous y préparer la veille avant de vous coucher : un bon bain relaxant, petites bougies et musique zen. C'est un extra mais, après tout, "why not" ?
Seule ou accompagnée ? Cela dépend. Soit bien accompagnée par exemple avec une bonne copine,  une vraie, c'est-à-dire quelqu'un de bon conseil, qui vous aime bien, c'est-à-dire sans une arrière pensée de jalousie, qui vous verrait bien dans une robe verte alors que cela ne vous va pas, soit seule. Attention aux journées shopping avec votre fille. Elle sera impitoyable, trop court, trop long, trop serré, trop clair, trop sombre, trop jeune, trop vieux enfin suffisament pour vous passez l'envie d'acheter et de rentrer à la maison non seulement bredouille mais déprimée.
Alors on commence?
Nouvelle saison, envie de neuf, d'autres couleurs, d'autres formes, de suivre la mode au moins avec un article ou deux. Mais sachez qu'en aucun cas c'est le corps qui doit entrer à tout prix dans un vêtement mais le vêtement qui doit s'adapter à vos formes. Il est plus aisé et moins coûteux de faire des retouches sur un vêtement afin qu'il tombe bien que de faire modifier des parties de notre anatomie pour qu'elle corresponde aux lignes d'un vêtement.

Le meilleur choix d'un vêtement courant c'est encore celui qui correspond à votre mode de vie, à votre morphologie. C'est vrai qu'arrivée à un certain âge on se connait un peu, et immédiatement on sait si oui ou non on portera cet article dont la vendeuse vente les mérites. En général, l'argumentaire de vente est  réduit à sa plus simple expression : madame c'est la mode, madame c'est l'article que je vends le plus, madame j'adore cet article d'ailleurs ma mère à le même... Soyez armée, partez gagnante lors de votre journée shopping.
Le shopping est à prendre comme un jeu. On on peut le jouer en solitaire ou en groupe. Magasiner cette expression quebécoise sonne si joliment que je l'ai adoptée depuis longtemps.
Alors à très bientot pour le moment fatidique où l'on se retrouve seule dans la cabine d'essayage face à face avcc notre corps.





jeudi 6 octobre 2011

Sommeil de rêve ou rêve de sommeil avec un makura Yumé?

Makura Yumé, mais qu'est ce donc? Si vous avez la traduction vous avez la solution. Litéralement cela signifie "un oreiller qui fait rêver."Nouveau? Révolutionnaire? Non pas. Les japonais connaissent depuis longtemps les bienfaits et les vertus de ces oreillers rembourrés d'écales de sarrasin.

Pour ma part  c'est une découverte récente.  La première fois que j'ai posé ma tête sur ce coussin ce fut lors de mon voyage au Japon. Les lits  étaient garnis avec  des  "Makura yume", mais l'hotel proposait aussi des oreillers occidentaux pour les touristes qui n'aimaient pas l'aventure... Après quelques rétiscences et une inspection minutieuse à l'intérieur du coussin, j'optais pour ce curieux élément.  Et le résultat fut au delà de ce que j'imaginais : une magnifique réussite.

Le confort est une idée subjective  façonnée par notre culture et nos habitudes. Mais lorsque l'on est contact avec une civilisation  que nous ne connaissons pas, alors  il est nécessaire d'utiliser un vocabulaire différent pour définir ce que l'on ressent. Avec cet oreiller, j'ai vécu une nouvelle expérience et les mots qui  pouraient la définir  sont du bien être, de la relaxation,  voir de la "zénitude".

 En occident le mode de couchage est différents d'un pays à l'autre,  mais  l'influence des anglo-saxons à été très forte ces dernières décennies   puisque nous avons en majorité opté pour la couette qui remplace les édredons, les couvertures et les draps du dessus.  Cependant en France   le sommeil est a été durant des siècles assimilé à l'image du ciel, ne dit on pas un ciel de lit ?
Les lits  devaient être moelleux et spacieux comme le ciel, les couvertures  légères et mousseuses, les  couettes bien pleines  et rebondies comme des nuages... Il y a de la rondeur et de la douceur dans le lit...C'est une tradition qui évolue doucement. Souvenez vous des matelas rembourés de laine dans lesquels on s'enfonçait, des édredons gonflés jusqu'à éclater de plumes qui engloutissaient les corps, les oreillers dodus   dans  les plis desquels   les tête s'enfouissaient pour la nuit.. On dormait sur un nuage, on flottait sur un mille feuilles de matières moelleuses et c'est qui avait pour résultat d'avoir des lits  perchés très hauts avec en prime quelques courbatures ou torticolis au réveil. Le matelas est une pièce, voir la pièce essentielle pour assurer un bon sommeil mais  l'oreiller est trop souvent le parent pauvre de la literie...

En Asie le sommeil est lié à l'image de la terre, plus rude, plus stable. D'ailleurs  on mange assis en tailleur sur le sol, on dort sur des futons, quasiment à même le sol. Les oreillers ont une fonction de repose tête  et malgré leur apparence insolite, ils sont d'un confort inoui. Notre corps retrouve une position plus correcte, avec cet oreiller ergonomique et écologique.  Le poids de  notre corps  cou /nuque / tête est distribué d'une autre manière ; cela pourrait d'abord nous déstabiliser mais c'est génial!. Certains peuvent être dérangés par  le léger bruit des coques qui s'entrechoquent lorsque vous bougez ,   moi ce bruit me berce comme le bruit de la pluie sur le toit... C'est délicieux

Ce n'est pas la forme mais le rembourrage qui différencie le makura yume d'un oreiller traditionnel . Il est constitué de coques de sarrasin  (ce sont les cosses qui protègent les grains de sarrasin) Si elles sont issues de l'agriculture biologique elles sont nettoyées sans l'ajout de produit chimique : simplement chauffées à haute température puis débarassées de toutes traces de poussières ou d'insectes. Soyez attentifs à ces critères, le prix peut être plus élevé mais "ils le valent bien".

A quoi doit on ce confort? Ce type de rembourrage procure un appui passif et stable durant votre repos. L'oreiller n'est pas plein à 100% de sa contenance, il reste de l'espace ce qui permet là la tête de trouver sa bonne position tout doucement sous l'effet de son poids. Chacun peut fabriquer son oreiller à ses mesures. J'ai retiré environ 1/4 du rembourrage, mon mari lui beaucoup moins. Le confort est ainsi obtenu par ce "sur mesure". Le makura s'adapte naturellement à nos formes en fonction du poids et du volume de la tête Les muscles du cou sont soutenus et les épaules se détendent... C'est  tout bénéfice pour les cervicales.
L'air circule entre les cosses  et ainsi la température est  régulée et l'oreiller sera quasiment toujours frais.   Les  effets néfastes de la transpiration sont vaincus et ceux  qui transpirent beaucoup trouveront dans ce makura un article très confortable.Une partie de la famille a adopté cet oreiller et l'autre partie à opté pour une autre découverte de voyage l'oreiller en bourre de soie dont je vous parlerai une autre fois. Ceci n'est en aucun cas une publicité pour un article,  c'est simplement un petit trésor que je tenais à vous faire découvrir.
Bonne nuit et faites de beaux rêves!