degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mardi 27 décembre 2011

Une dégustation textile pour un repas de fête

J'ai deux passions : la gastronomie et les textiles. Alors pour cette fin d'année, je vous ai mitonné un menu qui mêle les goûts, les matières et les couleurs. Entre cuisine et couture il y a de nombreux points communs, notamment dans le vocabulaire. On parle de Grande Gastronomie et de Haute Couture, de finition d'un plat ou d'un vêtement, on monte une sauce et une veste, etc…
Pour vous, amateurs de bons plats et de beaux tissus, j'ai imaginé un repas d'exception, original autant que loufoque, excentrique et inhabituel, pour tout dire farfelu ; un régal pour les gastronomes textiles. J'ai veillé autant que possible, à joindre les recettes. Certes, à l'énoncé, vous trouverez cette dégustation quelque peu indigeste, mais l'imagination au pouvoir provoque parfois des indigestions.

PREMIERE ETAPE : trouvez un magasin de tissus et des conseillers de vente avec un grand sens de l'humour et de la patience. Sur Paris je vous conseille De Gilles Tissus, bien évidemment.



DEUXIEME ETAPE : les achats.  La quantité dépendra du nombre d'invités prêts à servir de cobayes.
Un  peu de velours de soie, quelques mètres de draperie pure laine, un bouquet de mousseline, une botte de seersucker, une demi douzaine de crêpe de coton,  une bonne dose de seersucker, de la mousse, un granité, du Campbell à consommer avec modération !

TROISIEME ETAPE : les accessoires.
 1 de l'éponge au mètre  la couleur importe peu pour que la cuisine retrouve son bel aspect.
Ce n'est pas une blague,  il y a de l'éponge végétale au métre chez De Gilles tissus

2 un petit métrage d'étamine de laine qui servira de tamis pour les sauces ou les teintures
3 l'indispensable torchon, en lin ou en métis, pour essuyer les verres.
4 une nappe, la matière est à votre convenance
5 un filet pour porter vos achats
un joli filet, tout coton

QUATRIEME  ETAPE : préparation des plats. 

Apéritif 
Du caviar sur  canapés ou canapé  (siège)
c'est le motif grains de caviar qui donne son nom au tissu
Si le caviar gris d'Iran demeure sans doute le meilleur,  j' ai déniché un caviar gris d'Italie, également gage de qualité.
Un verre de Campbell pour commencer la soirée. (Campbell marque de whisky écossais ou tissus avec un dessin spécifique de tartan)

si Campbell ne vous convient pas essayer les autres clans
Entrée : rendez-vous au rayon des Velours de soie (de Lyon de préférence, son velouté est sans égal)
Couleur et parfum au choix, en fonction du marché. Je vous suggère un velouté à la tomate.
Trouvez un velours bien frais, extra fin, avec un poil brillant. Lavez le tout à l'eau tiède, laissez sécher à l'air libre, puis repassez sur l'envers, sur une brosse afin de ne pas abîmer la surface.  Le velours de soie est une merveille de volupté mais son entretien nécessite quelques précautions. Tout est prêt, c'est parfait pour  une soirée très  habillée.

Donner ensuite un tour de mignonette pour relever le goût (mignonnette = poivre concassé ou doublure de manche rayée blanche et noire utilisée autrefois par les tailleurs, toujours en vente chez De Gilles Tissus)


Velours tomate 
Plat principal : Allez directement au rayon draperie homme
Achetez un métrage de pieds de poule en laine peignée, bien souple et léger et une coupe de  pieds de coq dans une laine cardée plus épaisse. Ensuite, assemblez le tout avec un fil bien solide pour que l'ensemble tienne à la cuisson. Tenue chaude à porter en hiver


un bon morceau de pied de coq en laine cardée
pour le plaisir rajoutez un peu de pied de poule

























Pour les convives qui préfèrent un plat plus relevé, un tour de tweed salt and pepper (sel et poivre) Ce tissu doit son surnom au fait qu'il est tissé avec un fil noir et un fil blanc.

tweed salt and pepper à droite

Légumes : au rayon soieries
Des petits pois (imprimés sur taffetas de soie)



Une purée mousseline.
Pour confectionner cette purée de tissu, je vous conseille une mousseline de soie de préférence car son onctuosité n'a d'égal que sa finesse. Ce top ira parfaitement bien avec la tenue laine pied de poule.

un bouquet de mousseline 
Desserts : un chariot de sucreries, aujourd'hui c'est permis.   
Un crêpe de coton de belle facture, chocolat évidemment.
Confectionnez ce plat au dernier moment, réchauffé, il serait caoutchouteux. Le crêpe de coton est plus facile à travailler, il est moins audacieux, mais plus facile d'entretien qu'un crêpe de laine. Le choisir bien charnu, avec un relief visible.

un crêpe de coton chocolat, avec une pointe de pistache
Et pourquoi pas, poursuivre par une crêpe dentelle. Pour cela prenez une dentelle de Calais c'est l'excellence : fine, souple légère, digeste.

la dentelle de Calais framboise
Continuons par un seersucker. Une  cotonnade qui peut  figurer dans ce menu parce que, originaire de Perse, le Shir o Shekar, devenu seersucker signifiait lait et sucre. Sans doute par sa spécificité : une partie de sa surface est granuleuse et rapelle le sucre en poudre ; l'autre partie plus lisse, est onctueuse et blanche comme le lait
le seesucker une étoffe de lait et de sucre
question de goût, certains le  préfère uni d'autre à rayures
Ce mot fut transformé par un passage aux Indes et par la langue anglaise pour devenir ce que nous connaissons : le seersucker. Pas mal trouvé pour finir ce gargantuesque repas !

Terminons sur une touche régionale: le cannelé bordelais

le cannelé est une étoffe dont les cotes transversales sont très relièfées 
Les boissons
Si vous fêtez la saint Sylvestre dans un pays chaud, je vous conseille un granité (citron). C'est aussi un tissu dont la surface est parsemée de grains, comme un crêpe 
Mais on peut aussi accompagner ce "festin" d'une petite mousse dans un godet ? Demandez au vendeur une mousse de polyester bien blanche, légère et de moyenne épaisseur. Elle se découpe plus facilement avec une paire de ciseaux. Vous obtiendrez le godet en coupant la mousse dans le biais.
choisir une belle mousse bien blanche
 Pas frais mon polyester ?  Alors laissez le reposer 24 h dans le congélateur avant de le consommer. Et si vous sortez la vaisselle de fête alors le cristal est tout indiqué pour les verres


Cristal ainsi nommée,  car cette étoffe possède la transparenc, la brillance, la fragilité du cristal 
Si vous avez une terrasse, un balcon, un jardin, proposez à vos invités de sortir prendre un peu de chanvre. Choisissez-le naturel, sans colorant avec une tracabilité : Cannabis Sativa L. Vous en trouverez coupés avec du coton bio, pas mal non plus.
Cannabis Sativa L.  Chanvre qualité textile UNIQUEMENT bien entendu
CINQUIEME ETAPE : dégustation
L'équipe de De Gilles Tissus vous présente ses meilleurs vœux pour une année 2012 très textile.

samedi 17 décembre 2011

Les joies du tissu




Pour vous remercier de l' intérêt que vous portez à ce blog, et puisque nous sommes à quelques jours de Noel, permettez moi de vous offrir un bouquet de joie à ma façon.

C'est avec vos sensibilités olfactive, sensitive, tactile, auditive que vous pourrez découvrir ce qui se cache dans les fibres des étoffes. Chacun pourra y trouver ses propres souvenirs. Faisons ce voyage de concert dans notre imaginaire. C'est un exercice amusant et très instructif, laissez parler les tissus qui vous entourent, ils ont tant de choses à vous raconter.

La vue d'un taffetas de soie couleur gorge de pigeon me transporte dans le monde irréel de la couleur qui n'est qu'imaginaire, qui n'existe que par la présence de la lumière. Tout cela est sensation, une émotion exacerbée par la sensibilité de chacun. Cet aplat coloré se transforme en fonction de l'intensité de la lumière. Savez-vous pourquoi ces tissus, soieries changeantes, eurent tant de succès au XVIIIe siècle et au XIXe siècle ? Parce que les intérieurs éclairés par des bougies, dont les flammes vascillaient au gré des courants d'air, créaient une clarté étrangement instable. Les tissus changeants offraient alors un espace privilégié pour des jeux de lumière.

Le toucher ruisselant d'un velours de soie provoque chez moi une réaction épidermique qui me donne la chair de poule. Manipuler un satin de soie c'est un plaisir tactile incroyable, cette impression de liquide qui vous glisse entre les doigts, cette sensation étonnante d'un monde lisse et brillant, ce tissu est une caresse pour la peau ; un vêtement taillé dans un satin de soie est une promesse de douceur.
Poser la main sur un tweed irlandais c'est sentir une surface rugueuse, aux poils hirsutes, dont la surface est irritante pour les peaux fragiles, mais c'est aussi toute la rudesse d'un climat que l'on touche du doigt.

L'odeur d'une laine mouillée me renvoie à mes souvenirs d'enfance, lorsque ma mère, malgré mes protestations, lavait mon doudou, ma coue, un petit morceau de couverture dont je ne pouvais me passer pour m'endormir, eh oui déjà accro au tissu.
L'odeur de la soie brûlée c'est aussi le souvenir d'un coup de fer malencontreux sur un chemisier auquel je tenais.

Le goût sucré d'un fil de lin me suggère un monde de sucreries et de bonbons, délices des délices. Et ce qui me vient immédiatement à l'esprit c'est le seersucker, ce tissu originaire des Indes et dont le nom signifie lait et sucre. 

Le bruit fait ressurgir bien des sentiments. Il peut être insoutenable lorsqu'il s'agit de déchirer un morceau de chiffon pour faire un pansement de fortune, mais il peut être doux à l'oreille lorsqu'il s'agit d'un taffetas que l'on froisse et là, le bruit devient bruissement sourd. Il résonne alors à mes oreilles comme l'instant magique de l'apparition de l'héroïne d'une pièce de Molière qui, dans le silence le plus absolu, effectue un tour de scène faisant chanter sa robe avant de prononcer une parole.
Le froissement des draps de lin  une nuit d'été est un délice à peine audible, mais si frais.

Voilà! Maintenant vous êtes le héros qui allez refaire l'histoire à votre façon. Avec un peu d'imagination vous pourrez, à votre tour, faire un petit cadeau original à un passionné de tissus.
 Joyeux Noel 

mercredi 14 décembre 2011

Une nuit dans un nuage de soie

Aujourd'hui  l'usage des  couettes, légères, et chaudes c'est généralisé. Les édredons en duvet, les couvertures en laine, les draps plats tout cela a déserte nos chambres. Pratique, rapide, simple, voilà des termes qui aujourd'hui répondent à la demande du public. Le mode de chauffage des maisons et des appartement de plus en  plus performant est  probablement à l'origine de ce changement d'habitudes. Moins de temps consacrer  à faire les lits,  d'un geste tout est prêt.  Dans certains  hôtels les nostalgiques des lits au carré pourront se rémémorer leurs souvenirs d'enfance, non pas les lits en porte- feuille, mais l'univers des draps bien repassés, un espace clos, le corps comme ligotté dans une camisole,  mais une fois que l'on a gouté à la liberté il est difficile de revenir en arrière.
 Si les voyages forment la jeunesse, ils permettent également des découvertes qui magnifient notre quotidien. En Afrique du sud, j'ai découvert une   fabrique de couettes rembourrées de soie.  Oui un nuage de soie dans une enveloppe en coton bio pour enchanter nos nuits.


Ce trésor les chinois le connaissent depuis des siècles. Cette technique ancestrale se perpétue en Chine mais également en Afrique du sud, où une famille chinoise s'est installée. C'est ainsi que cette activité qui   donne du travail aux femmes des  villages alentours.  Au  bout du  monde, sur une route peu fréquentée par les touristes,   par le plus grand des hasards, ou peut être pas, j'ai croisé leur chemin. Et j'en suis encore boulversée tant ce produit est merveilleux. C'est  pour cette raison j'aimerai vous le décrire.
Parce qu'une bonne journée commence par une bonne nuit, c'est avec délice que je me glisse sous ce nuage de soie chaque soir depuis des années

les femmes des villages alentours travaillent dans cet atelier





  Les soies  sont diversement colorées en fonction de la nourriture des chenilles. Les plus belles qualités sont   naturellement blanches


 le filage est manuel 
 Cet  amas mousseux de soie  se transformera en quelques minutes avec un savoir faire unique en une nappe fine
 de 2 m sur 2,40 m  juste de quoi faire une couette
La nappe de soie est obtenue par l'étirage manuel de plusieurs millers de cocons (selectionnés manuellement)Il faut enciron 2500 coiffes (cocon ouvert et mis en forme) pour obtenir une nappe

Préférez des articles possédant une ouverture qui vous permet de voir l'intérieur, le garnissage de la couette. (en générale il y a une petite fermeture à glissière sur un des cotés)  N'achetez pas les yeux fermés,  voir et toucher un article textile est essentiel à mon avis avant de se décider.
la transmission du savoir faire es assurée avec le sourire en prime
Voir toutes ces femmes s'activer autour de la table et  transformer  sous mes yeux un monceau de cocons   en une nappe qui ressemblerait à de la  barbe à papa si elle était rose, c'est magique. Les gestes sont précis, rapides et la dextérité des ouvrières qui effectuent ce travail  est impresssionnante. C'est un ballet de bras, de mains, de doigts organisé dans les moindres détails : chacune à sa place, et ensemble elles étirent, ni trop ni pas assez, la force du geste est juste. Ces milliers de cocons collectés, lavés, séchés  forment maintenant une masse qui va soudain se transformer, s'affiner, s'allonger, s'élargir jusqu'à l'obtension en quelques minutes d'une couche nuageuse extrêmement légère dans une mise en scène qui ne tolère aucune faute.  Ces gestes ont été répétés maintes et maintes fois, aussi le trac n'existe pas, et les choses se font naturellement, sans problème, mais à chaque fois c'est une autre histoire et j'admire ce savoir faire. C'est une jolie rencontre qui se perpétue chaque soir depuis quelques années avec ma couette en soie achetée en Afrique du sud dans ce petit village perdu.
Ces couettes ne font ni chaud ni froid? Est ce à dire qu'elles n'ont aucune efficacité? Mais non, au contraire elles possèdent et transmettent  aux utilisateurs toutes les qualités de la soie.
La soie est isotherme. ce qui offre  un niveau de confort inégalable, régulier en hiver comme en été. La soie suit les variations de température de notre coprs qui se produisent inévitablement au cours de la nuit. Inutile de se découvrir, la couette s'occupe de tout, puisqu'elle est dotée d'un thermostat naturel.

La légerété de ces couettes est appréciable comparée au poids des édredons en plumes. Le rêve, chaleur , douceur et légèreté et en bonus la volupté d'une matière naturelle

 La souplesse des ces articles est encore un atout appréciable pour les personnes qui bougent beaucoup durant leur sommeil. La couette se drappe, accompagne les mouvements du corps sans les entraver
Autre qualité de la soie  : elle absorbe l'humidité ambiante tout comme la transpiration, c'est pourquoi , et cela va de soi en ce qui concerne les oreillers garnis en bourre de soie, vous êtes toujours dans un environnement agréablement frais même par forte chaleur.

La soie offre encore un point très important  ? Elle est analergique, elle n'attire ni les acariens, ni la poussière donc les risques d'allergies sont minimes voir écartés. Pourquoi la soie a t elle naturellement cette spécificité? Parce que le cocon est conçu pour protéger la chrysalide qui va se transformer en papillon.( isolation, protection  thermique contre les attaques extérieures hostiles )
 C'est un luxe oui, parce que dormir dans cet univers soyeux est un privilège mais ces couettes sont inusables, et leur prix n'excède pas celui d'une couette en polyester haut de gamme.
Préférez  les soies non traitées c'est à dire blanches naturellement, issues  de cocons de vers à soie(bombix du mori)  domestiqués par l'homme et nourris exclusivement de feuilles de murier fraîches.
Ce sont des élevages de petites unités qui autorisent une sélection manuelle.

Le choix d'un couette est délicat. C'est un achat conséquent et acheter sans voir est aussi un risque. Fiez vous à ce que vous observez et regardez l'intérieur, assurez vous  de la souplesse de l'ensemble. Il faut éviter les articles surpiqués, car les nappes sont alors réalisés avec des petits morceaux, souvent des chutes ou des déchets de soie. La nappe de soie est maintenue  par des coutures sur les quatre cotés cela est suffisant pour les belles qualités.

L'entretien?
La couette est votre cocon, même si vous la partagez, alors pour profiter au maximum de ses bienfaits  traitez la avec délicatesse. Un nettoyage à sec est préconnisé, mais il ne doit pas être systématique. Entre deux nettoyages, aérée la. Devant la fenêtre grande ouverte, dans le jardin suspendue sur le fil du séchoir,  un peu de vent, un rayon de soleil c'est parfait, elle adore, elle se resource. Toute l'humidité  abosorbée (transpiration) sera évacuée, et la couette retrouvera immédiatement sa légereté, son gonflant, sa splendeur. Le soleil est la santé de votre amie la couette.
Ne lavez jamais une couette ou un oreiller dont le garnissage est en soie.
Après cela que puis je vous souhaiter  sinon de trouver la couette de vos rêves...

lundi 12 décembre 2011

L'automne : une saison textile


L'automne c'est prendre le temps de marcher,  de voir, de sentir, de profiter de l'instant,  de déguster.
L'automne c'est la saison de la plénitude, du savoir, du vécu, de l'expérience 
L'automne c'est Carpe Diem
L'automne c'est ma saison textile



marcher sur un tapis de feuilles rousses

Marcher sur un tapis de feuilles rousses qui collent  sous nos semelles, c'est  un peu comme se  toucher de la laine bouillie, c'est épais, doux,  silencieux. Nos pas sont lourds et nos enjamées larges,  les galoches nous ancrent dans la terre avec force, c'est rassurant.


Ramasser des champignons qui se cachent sous la mousse au pied d'un grand chêne,  c'est sentir la terre et penser à une veste en Harris Tweed qui portent haut et fort les couleurs de l'automne. La mousse, les fougères, la lande sauvage, les moutons, le vent voilà ce que les Tweed nous racontent.



Se promener sur  la plage  par gros vent c'est un comme  manipuler un métrage de mousseline de soie près d' un ventilateur, les grains de sable s'enfuient sous nos pas, voltigent, tournoient, retombent un peu plus loin, comme la mousseline qui se débat lorsqu'on veut la couper, qui glisse sous l'aiguille de la machine, qui coulent entre nos mains. D'ailleurs cette étoffe ne prend vie que dans le vent et le mouvement.
  
Rentrer frigorifiée de la promenade, dans une maison  qui sent les marrons qui grillent doucement dans la cheminée et se blottir dans le plaid en mohair écossais l'automne est décidémment une saison textile.

La nature se prépare à prendre ses quartiers d'hiver mais avant, elle nous offre un magnique défilé,  avec une garde robe aux tons chauds, tous les bruns, les roux, les ocres, les jaunes orangés, le tout avec la legereté d'une  feuillle qui plane au gré des courant d'air.


Oui, l'automne est une couleur  et plus on veillit plus on aime cette saison toute en nuances.

samedi 10 décembre 2011

Ciel, un homme dans la cabine d'essayage!


Bien peu d'hommes ont une opinion positive du  shopping. Cela n'est pas loisir mais plutôt un mal nécessaire, un  acte incontournable, une activité indispensable mais ennuyeuse dans le meilleur des cas, détestable pour les autres. Ils se rendent dans les magasins de force plus que de gré, lorsque c'est absolument indispensable, pour remplacer un article mourant, fatigué, hors d'usage, démodé, mais vraiment démodé. Ils savent ce dont ils ont besoin, et pour ne pas perdre de temps, ils vont dans les boutiques qu'ils connaisssent et reprennent les mêmes articles . 
Vous ne rencontrerez que très rarement un homme satisfait d'avoir consacré quelques heures à courir les magasins,dans une cohue indescriptible sans avoir trouvé ce qu'il cherchait. Ce n'est pas non plus dans les habitudes masculines d'appeller un copain et de se faire un plan shopping  ... Non vraiment pas! 

Aujourd'hui il y a "Saint Internet "vient en aide aux hommes  démunis devant la nécessité  de remplacer des pièces maitresses de leur vestiaire , d'acheter  des articles de première nécessité, comme une chemise ou une paire de chaussettes.  Pour ces personnes, le shopping est une perte de temps, un acte éminemment futile, un moment de la vie quotidienne qu'il faut assumer,  tout mais certainement pas un loisir. Alors voila un nouveau moyen de s'habiller sans subir  les embouteillages,  le bruit, la foule, le regard des autres, l'argumentaire des vendeurs... Cliquer, selectionner, payer. Trois clics  à n'importe quelle heure du jour ou de la nuit, samedi et dimanche compris. En prime on reçoit le colis à domicile. J'oubliai le bonus : si les chaussures vous font mal, si la chemise est trop cintrée, si la couleur de la cravate ne va pas avec le costume,  si le blouson ne plait pas à votre compagne  c'est simple :retour à l'expéditeur. Et hop ! C'est peut-être cela le magasinage  vu par les hommes.
Cependant monsieur si vous  persistez à faire vos achats à l'ancienne  c'est que vous pensez pouvoir tirer votre épingle du jeu seul. Alors voici un pense bête destiné à vous simplifier la vie. Testez le lors de votre prochain shopping chez le tailleur ou dans un grand magasin. Je suis certaine qu'au vu du résultat, votre confiance en vous sera bien meilleure. Peut être même prendrez vous plaisir à renouveler de temps à autre votre garde -robe.

A la bonne heure!
Choisir son créneau horaire c'est déjà partir gagnant. Evitez le samedi après midi  parce que trouver un conseiller de vente  sera plus périlleux que de traverser la place de la concorde les yeux bandés à 18 heures, sauf les jours de final de foot, ou de tennis. Les nocturnes pourquoi pas mais attention, les couleurs pourraient vous jouer des tours avec pour seul témoin la lumière électrique. Si vous êtes perfectionniste vous ferez vos achats en plein jour, quitte à sortir de la boutique avec le vêtement pour vous avoir la couleur sans artifice.

Qualité/ prix? C'est un choix
Que vous achetiez un costume à 200 euros ou à 2000 euros, il est évident que les prestations ne seront pas les mêmes et vos attentes non plus.  Dans le premier cas, il  faudra passer outre les finitions, la qualité du tissu, ou le montage. Personne n'a jamais eu de caviar pour le prix des oeufs de lumps, cela se saurait.
 A vous de trouver le meilleur rapport qualité/ prix en fonction de quelques critères à prendre en considération. Si pour certains, la quête du bon achat est presque d'un jeu, pour d'autres ce sera une corvée de plus, mais  il faut rester  positif sinon garder un costume défraîchi ou votre veste élimée...

Adoptez la zen attitude
Soyez à l'aise, bien chaussé c’est-à-dire avec des chaussures faciles à retirer et à remettre par exemple si vous désirez acheter un pantalon.  Si votre but est d'acquérir un costume, alors évitez les tennis, et optez pour des chaussures de ville Ne mettez pas un polo et un gros pull si vous devez essayer une veste mais plutôt une chemise avec un gilet... Ne prenez pas de sac ce jour-là ,  d'abord il vous encombrera, et ensuite  dans l'affolement, vous risquez de l'oublier dans une cabine d'essayage, ou sur un rayonnage du magasin
Evitez le sac les jours de shopping

Partez gagnant et gagnez du temps
Apprenez vos  tailles par coeur ou notez le quelque part (sur votre i phone par exemple créez une rubrique shopping)  Si  tailles est au pluriel ce n'est pas hasard. Si vous devez chercher seul le vêtement vous ne serez pas perdu, c'est d'ailleurs le principe dans les grandes surfaces. C'est une question d'habitude, vous allez vite savoir ce qu'il vous faut et où le trouver, peut être qu'alors le shopping deviendra un plaisir...
Avant de partir de chez vous, pensez à regarder la taille de vos sous- vêtements (slip, caleçon, chaussettes, t shirt).
Une ancienne chemise comme référence afin de ne pas vous tromper.
Prenez une ancienne chemise et notez la taille qui correspond à votre tour de cou. A partir de 37 jusqu'à 46. En général les tailles vont par deux : 37/38, 43 /44 etc…Attention, cintrée ou coupe normale, il faut chosir.
Pour les costumes la taille du pantalon ne correspond pas  à celle de la veste. Si vous achetez en prêt à porter il faut connaître la taille du pantalon. Par exemple 40 pour le pantalon et 50 pour la veste. Pas de panique, relevez simplement l'indication portée sur les étiquettes de vos vêtements.
En général le vendeur vous demande votre taille de pantanlon, et  il s'arrange pour vous trouver la veste correspondante si vous avez la taille mannequin sinon, c'est plus compliqué encore. Alors si  votre  achat concerne un costume et que vous savez  que la taille de la veste est plus grande que celle du pantalon ou le contraire, faites le savoir directement au vendeur, ainsi tout le monde gagnera du temps.


Dirigez vous directement vers le rayon qui vous intéresse, sportswear ou tenue de ville. 


sportswear
sports d'hiver




Une fois votre mission terminée, vous pourrez vous promener dans les autres rayons l'esprit libéré.

Le bon choix
Sélectionnez les articles Choisissez la bonne coupe selon votre morphologie
 Inutile de décrocher plusieurs vestes du même modèle si  seule la couleur change. Prenez plusieurs modèles différents pour l'essayage. Par exemple avec deux ouvertures sur les côtés, ou une fente milieu dos, avec des poches plaquées ou des poches passepoilées...
costume de ville en velours côtelé

Le plus court chemin entre vous et la cabine d'essayage : le parcours du combattant
La cabine d'essayage la plus proche est toujours trop loin et surtout cachée dans les recoins du magasin. Si vous connaissez les lieux alors le chemin sera plus court sinon, suivez les panneaux, demandez aux clients... Système D essayez dans le rayon s'il s'agit d'une veste ou d'un pull.


Devant le miroir
 Il vous renvoie une image, votre image, alors assumez. Si votre silhouette n'est pas celle que l'on voit sur les magazines, si votre profil met en avant un ventre un peu rond, il faut faire avec, ne faites pas d'effort pour fermer votre pantalon, pour boutonner la veste...sinon chaque jour il vous faudra faire la même chose. Donc soyez naturel, ni plus ni moins. Sachez que c'est le vêtement qui doit s'adapter à votre morphologie et non pas l'inverse.
Quelle que soit votre taille, pour essayer une veste, un blouson , un pardessus ou un pantalon messieurs il faut vous plier à un exercice de style indispensable : vous retrouver en  situation quotidienne c’est-à-dire les poches extérieures et intérieures bien remplies. Vos clés, porte feuille, téléphone, stylo, cigarettes, petite monnaie. Eh oui puisque nous n'avons pas de sac, il faut bien caser tout cet attirail quelque part. Et les poches sont évidement propices à ce rangement.  Vous pensez que cela n'est pas indispensable, que vos poches ne sont pas des ersatz de sac féminin. Alors observez le bac que l'on vous tend lorsque vous passez sous un portail de sécurité (dans un immeuble, dans un aéroport...) Vous videz vos poches, et à votre grande surprise, le bac est fort bien rempli. Nous les femmes lorsque nous voyageons, nous posons juste notre sac dans le bac...
Par contre le vêtement est souvent déformé par ces contre-poids. Observez vos vieilles vestes. Ceci est valable pour les articles que vous porterez au quotidien, et non pas pour une occasion exceptionnelle.
En choisissant un modèle de pardessus ou de blouson soyez attentif à la présence de poches intérieures.
Tout ce que vous aviez dans les poches en arrivant doit pouvoir trouver place dans le nouvel habit.


Pour un pantalon, soyez à l'aise. Il doit être callé sur les hanches, sans avoir besoin de ceinture. Nous ne parlons pas de jeans mais de pantalon classique.
 Si vous avez de l'estomac, pensez plutôt aux bretelles qu'a une ceinture.
Bougez, asseyez vous, baissez vous,  le pantalon ne doit pas vous gênez dans ces gestes quotidiens, ni serrer, ni tomber. Si la cabine est trop exigue, n'hésitez pas à sortir et  à pratiquer ces exercices dans le couloir
Observez les poches, sur les cotés, elles ne doivent pas s'ouvrir, on ne doit pas voir la doublure de poche. Si c'est le cas passez à la taille au-dessus ou essayez un autre modèle.


Le  pardessus  
Si vous êtes venu en chemise ou avec un pull,  pour  essayer un manteau empruntez dans un rayon une veste, ainsi vous serez  dans les   conditions  optimum pour enfiler le pardessus. Un pardessus, n'est ni un caban, ni une veste, encore moins un blouson. Si la longueur vous gêne, passez à autre chose. Si vous êtes souvent en voiture,  un vêtement plus court serait plus adapté à vos besoins.
 En fonction de votre activité il faut pouvoir  être à l'aise, bouger, agiter les bras comme pour héler un taxi, lever les bras comme pour poser un bagage sur une étagère dans le train,  et tout cela sans faire craquer les boutons si la veste est boutonnée, sans que cela demande trop d'effort. Trop serré, trop large, trop lourd sans hésitations, si les points négatifs l'emportent sur les points positifs, remettez le vêtement sur le portant.

Une veste?
Vous pensez qu'elles sont toutes identiques? Erreur ! Mais c’est sans doute parce que vous manquez de pratique. Il y a les vestes de costumes et les vestes plus sportswear, qui se portent avec des pantalons différents en matière et en couleur. Il y a les vestes deux boutons, ou trois boutons , les vestes croisées, les vestes avec des fentes sur les cotés ou avec une fente au centre ou sans fentes... Testez les différents modèles si vous n'êtes pas un inconditionnel de l'un ou l'autre modèle. Selon que vous mettez les mains dans les poches du pantalon ou pas, selon que vous portez votre veste boutonnée ou simplement décontractée sans la boutonner le modèle qui vous va existe, il faut essayer parce que vous êtes justement là pour cela, sinon à quoi bon être sur place, autant commander sur internet.


Les conseilleurs ne sont pas les payeurs
C'est vous qui allez porter le vêtement, c'est aussi vous qui le paierez. Donc des conseils du vendeur pourquoi pas, mais  sachez décryptez  le discours ne vous laissez pas trop influencer  par des fadaises : c'est la mode, j'en ai vendu beaucoup, j 'ai acheté le même, mon grand père  l'adore, ça vous va à la perfection, si vous voulez on peut faire quelques retouches... Stop. Prenez votre temps, réfléchissez, bougez, regardez vous dans le miroir. L'essentiel est de se sentir à l'aise. Imaginez vous au quotidien  : porterez vous cette couleur, oserez vous la forme.


Ca vous va bien, je porte le même !Mais le porterez vous au quotidien? Rien de moins sûr!
Parfois il faut savoir  dire non
 Mais ne vous laissez pas entraîner malgré vous sur des modèles qui ne vous correspondent pas. Avoir l'avis d'une autre personne c'est important, mais n'ayez pas de scruptules à dire non. 
 Sachez que pour les vendeurs ou les vendeuses, les messieurs sont des proies faciles. D'abord parce que les essayages les ennuient, ensuite ils sont pressés d'en finir et de passer à autre chose et souvent au risque de passer pour un client difficile ils n'osent pas contredire  l'argumentaire du professionnel, généralement faible et appris par coeur. Par manque d'expérience, par lassitude ou timidité ils se laisseront guider, voir influencer  par le  conseiller de vente. Et comble du comble ils repartiront ravi d'en avoir terminé, quitte à ne jamais porter cette veste en tweed vert bouteille du dernier chic à ce qu'il parait, mais qui n'ira avec aucun des pantalons présent dans la penderie.


Venez accompagné
Si vous avez du mal à vous décider, si vous n'avez pas l'oeil suffisament exercé pour apprécier un article, si vous.. enfin si vous avez besoin d'un conseil désintéressé, alors demandez  comme on demande un service, à une personne de votre entourage de vous accompagner.
Le  travail du vendeur sera plus délicat. Il y aura deux personnes à convaincre, et si c'est une femme il y a de fortes  chances qu'elle soit rompue à ce genre d'exercice. Dans ce cas elle ne négligera aucun détail et passera outre les recommandations du professionnels.



Ne jetez pas l'éponge
Si malgré tout vous n'arrivez pas à vous décider, si l'essayage vous rebute , si vous êtes pressé ou épuisé ou pour toute autre raison, sachez que certaines enseignes vous proposent des échanges ou des remboursements sous 10 jours. Faire votre choix chez vous, seul, au calme c'est encore une autre solution. Alors  prêts? Partez et considérez le shopping comme un jeu, un challenge, un  moment agréable et tout ira bien


jeudi 8 décembre 2011

Il était une fois une artiste

Elle sait tout faire, coudre, peindre, dessiner, broder... C'est une artiste qui jusqu'à présent travaillait pour le théatre, le cinéma, l'évenementiel, enfin pour un monde qui n'est pas celui des particuliers.
Alors la voilà qui enfin ouvre une boutique en ligne. Yasminesimon.com. Allez vous y promener, il y a des merveilles à découvrir, mais sachez que Yasmine ne propose que des pièces uniques.

Faites le moi savoir



superbes écharpes en lin à Riga en Lettonie
Si mes messages vous  intéressent, si les tissus du bout du monde vous font rever,  si vous trouvez dans ces articles de quoi satisfaire votre curiosité, si vous partagez mes émotions textiles, si vous avez envie d'en savoir plus sur un sujet (textile) alors faites le moi savoir, laissez un commentaire . Merci    Catherine la globe textile reveuse

lundi 5 décembre 2011

L'organdi : un voile d'émotion

Si je m'autorise ce commentaire  sur un tissu, à priori parfaitement banal et quasiment introuvable c'est justement parce qu'il a disparu des défilés de modes, des podiums, des vitrines, des magazines, des boutiques de tissus. Oublié, jetté aux oubliettes, obsolette, démodé? Peut être mais sa trace se perd dans nos souvenirs. En feuilletant les albums de photos jaunies, en noir et blanc ou en cépia, on constate que l'organdi était souvent présent lors des grands évenements familiaux.
Autrefois  utilisé pour les vêtements d'exception comme les robes de baptemes brodées ou plissées, précieusement conservées et transmises de générations en générations,  les robes de première communion, robe de mariées,  aujourd'hui lorsque l'on en trouve, l'organdi habille la maison et déserte vos armoires.
 Sur le portant derrière le mannequin, des robes de baptèmes en organdi attendent sagement d'être choisies.

Pourquoi cette disparition? Sans doute parce que son entretien  long et délicat ne fait plus partie de notre quotidien. Généralement son aspect craquant et raide n'est pas permanent, il faut à chaque lavage rajouter de l'amidon. Et le repassage d'un vêtement en organdi est un exercice perilleux. Ces points précis furent je pense à l'origine de la disparition de l'organdi de coton. Et pourtant cette transparence matièrée, cette juvénilité, cette virginité sont des caractères forts véhiculés par ce tissu dans le souvenir collectif.
Son origine lointaine et mystérieuse,  la ville d'Ourguentch au Turkmenistan, ville de passage pour les caravanes sur la route de la soie, sublima certainement cette étoffe. Le mot organdi est probablement une déformation due à la prononciation indienne car le mot organdy est apparu  en occident au 17e siècle. L'organdi à la manière occidentale fut créé en suisse par A. G. Watwomm pour la société Heberlein and Cie.
Si  le véritable organza est toujours en soie, l'authentique organdi lui est toujours en coton. Il y a plus de mystère dans le nom que dans la réalité car il s'agit en fait  d'une qualité de mousseline de coton ayant reçu un apprêt permanent ou non afin de l'affermir.
Lorsque ce tissu était incontournable dans toute bonne famille, il était proposé en plusieurs qualités déterminées par le degré d'apprêt, ce qui donnait des organdis forts ou souples.

organdi souple fabrication suisse apprêt permanent
organdi fort avec apprêt non  permanent


C'est une  chance aujourd'hui  de trouver de l'organdi, désormais un objet rare. Souple, vous obtiendrez des plis tendres et ronds, si au contraire vous travaillez un organdi fort, l'étoffe se cassera lors des manipulations et les plis seront aigus.

l'un se plie tout en rondeur l'autre casse
 avec la qualité souple on obtient des plis tout en rondeur

avec la qualité plus lourde le plis est cassant.
La lisière est toujours nette plus dense que l'étoffe elle même. Une belle lisière est un gage de qualité
Des vêtements des enfants sages doublés en linon immaculés , aux chemisiers coquins jouant la transparence, en passant par des voilages aux couleurs chaudes,  les siècles ont passés et j'espère qu'un jour ce tissu reviendra dans les rayons des magasins de tissus si eux aussi résistent au temps. Pour le moment nous avons encore de l'organdi blanc en stock.

Comme toujours les photos ont été prises par Catherine. Les tissus photographiés ont été sélectionnés dans le stock  photographique de Catherine Goldman De Gilles

jeudi 1 décembre 2011

Le chant des tissus

Entendez vous ce féroce tweed rugir dans les sous- bois d'autonme?

  
Le son cristalin d'une robe en taffetas de soie que l'on froisse ,  résonne comme amplifié par le vent glacial venu de Sibérie.




Comme il vous susure son histoire  à l'oreille, ce délicat organza qui résiste à la brise du soir en se perdant dans les airs



Il est reconnaissable ce bruit sec et ample du vent qui frappe les voiles comme les baguettes frappent le tambour   .



Tous les tissus forment une chorale étonnante . Ils ont des sons, des textures,  des noms différents. Certains sont tristes, d'autres joyeux, les uns aigus les autres graves mais  ensembles ils forment une chorale qui n'a jamais été exploitée...

Les voila  tous en place pour une sérénade textile










Lorsque l'on déchire, que l'on chifonne, que l'on travaille, que l'on manipule une de ces étoffes, on constate immédiatement combien les nuances sonores sont perceptibles :



Grave , c'est le son qui s'évade des tissus lourds, lâches comme un Tweed.  





-Aigu c'est le bruit d'un  tissu sec, fin,  au tissage serré comme un chintz.

 -Sourd le gémissement qui s'échappe d'un  tissu en laine cardée


-strident le cri qui s'échappe de la soie qui se déchire



A peine audible le murmure de la mousseline qui glisse, qui se perd dans l'immensité de la nuit


Imaginez vous en chef d'orchestre dans votre dressing, quels sons pourriez vous tirer de votre garde robe? Le tissu c'est un univers,  un monde à la fois mystérieux et fascinant . A bientôt pour de nouvelles aventures textiles bien sûr