degillestissus@free.fr

Messages les plus consultés

profil

profil
mes tissus

mercredi 23 mars 2016

LIN OU COTON ? COMMENT LES DISTINGUER

Différencier le lin du coton est parfois difficile. Un simple coup d'œil même professionnel ne suffit pas toujours. Il faut mettre à contribution  notre sens de l'observation pour  découvrir les mystères de dame nature.
Le lin comme le coton font partie des fibres végétales donc naturelles ; elles ont des points communs bien sûr, mais diffèrent sur certains aspects.

Je vous propose quelques expériences toutes simples et ludiques à faire chez vous. Elles vous permettrons de comprendre comment fonctionne un tissu et surtout de différencier le lin du coton
 Vous aurez besoin de trois échantillons de toile de lin et de trois échantillons de toile de coton, d'allumettes ou d'un briquet, d'une paire de ciseaux et de quelques gouttes d'eau.
Vous posez vos échantillons sur une table par exemple ou sur toute autre surface lisse et résistant au feu et à l'eau.

VOS SENS EN EVEIL

1 LA VUE

REACTION AUX MANIPULATIONS
LE COTON
Observez la surface d'une toile de coton :  les fils sont réguliers sur l'ensemble de l'échantillon.  Ils peuvent être  lisses ou duveteux, épais ou fins selon la qualité du coton ; le diamètre d'un fil de coton de belle qualité est régulier


LE LIN
Observez la surface de la toile de lin : le grain est plus visible, le diamètre des fils qui s'entrecroisent est irrégulier. Le fil est parcouru de  nœuds, de parties plus ou moins fines auxquelles succèdent des parties plus grosses. Une similarité que les fils de lin partagent avec la soie sauvage. Ceci est un avantage pour les vêtements qui sont en contact direct avec la peau. L'étoffe ne touche pas la peau sur toute sa surface, et l' espace libre entre les deux laisse l'air circuler créant en cas de forte chaleur une thermorégulation. Un vêtement en lin  collera  peu sur la peau en cas de transpiration



LE COTON
Prenez un échantillon de toile de coton et triturez le dans votre main. Puis ouvrez la main , le tissu  à changé d'aspect il est chiffonné, mais reste souple et mou, les plis ne sont pas trop marqués.


Pourquoi? parce que le fil de coton est un tube hélicoïdale et plat ; cette torsion lui  confère une certaine élasticité, il plie mais ne casse pas. Une toile de coton chiffonnée se repasse aisément. Le coton est une fibre très simple à entretenir. Le prix d'un article en coton varie en fonction de la qualité de la fibre et du nombre de fil au cm2. Fibres longues ou courtes, avec ou sans traitement spécifique (easy care, mercerisé..)


LE LIN
Prenez un échantillon de lin et agissez de la même façon qu'avec la toile de coton. Comparez les deux morceaux d'étoffes. Le lin sera cassé, froissé comme une tôle et non chiffonné, les plis tiennent. On a en main une sorte d'origami.

Pourquoi? Parce que la fibre de lin est naturellement rigide. Elle casse plus qu'elle ne plie. C'est un inconvénient pour certaines personnes, porter un vêtement froissé les gêne. Vous entendrez souvent parler du froissé chic du lin, ce qui n'est pas totalement absurde. Loin d'avoir un aspect chiffonné comme un tissu de coton, le lin se casse avec délicatesse, avec une certaine élégance.   Mais ça c'est mon avis personnel. A vous de vous faire votre propre idée.

Pourquoi un simple examen visuel n'est pas suffisant pour différencier le lin du coton? Parce que certains fabricants ont parfois des idées farfelues, mais rémunératrices. Il existe des fils de coton irréguliers dont l'aspect se confond aisément avec un fil de lin.

REACTION A L'EAU
Voici un test qui ne trompe pas.
Versez une goute d'eau  simultanément sur les deux tissus et observez. Vous constaterez une différence très nette.

LE COTON
Il  n'absorbe pas l'eau immédiatement. La goutte persiste quelques minutes à la surface et on voit se former doucement un cercle humide tout autour jusqu'à l'absorption complète. Cela prend quelques minutes.
Pourquoi? Parce que le fil de coton est poreux et sa paroi est mince,  il peut absorber l'humidité ambiante lentement,  et l'emmagasiner. Il la libère tout aussi lentement Ce qui implique qu'un vêtement en coton mouillé prend du poids. C'est un inconvénient car  un  vêtement en coton  qui est en contact direct avec la peau absorbe la transpiration, mais ne l'évacue pas immédiatement. Il restera humide, lourd et collé à la peau suffisamment longtemps pour provoquer un effet désagréable entraînant parfois une sensation de froid.
Par contre ce qui peut être considéré comme un inconvénient devient une qualité lorsqu'il s'agit de la teinture. Le coton a une bonne affinité tinctoriale

LE LIN
La goutte d'eau s'étale rapidement sur la surface du tissu.
Pourquoi? Parce que le fil de lin  absorbe l'eau mais ne l'emmagasine pas . Le fil de lin ne se gorge pas d'eau, et  un vêtement en lin  sèche vite ce qui est un gage de confort en période de forte chaleur et pour les personnes qui transpirent beaucoup. Ce qui apparait comme un avantage  peut devenir un inconvénient. Le lin possède une affinité très moyenne avec les teintures. La paroi de la fibre étant épaisse, la teinture atteint difficilement le cœur de la fibre. Ainsi on peut constater en coupant un lin de couleur sombre que le centre du fil est plus clair que sa surface.


support sur lequel j'ai réalisé l'expérience de l'eau En haut j'avais posé l'échantillon de coton. Il semble que le tissu ai "bu" la plus grande partie de la goutte.
En bas l'endroit où j'ai posé l'échantillon de lin. Il apparait que la goutte à traversé le tissu pour rester sur le support.
Imaginez que le support soit votre corps, un vêtement en coton restera humide plus longtemps en contact avec votre peau alors qu'un vêtement en lin n'aura pas ce problème, votre transpiration s'évacuera à  travers le tissu sans que celui ci l'arrête au passage.


Faites un test simple
Mouillez un tshirt en jersey coton  et suspendez le Il est lourd car les fils sont gorgés d'eau. Il sèchera lentement
Mouillez  un tshirt en jersey de lin et suspendez le. Il est presque aussi léger que lorsqu'il est sec.
Contrairement au fil de coton le fil de lin n'a pas la capacité à emmagasiner l'humidité ambiante.


REACTION A LA FLAMME

  LE COTON
Approchez la flamme de l'allumette de la toile de coton. Observez la flamme est grande elle dévore votre morceau de tissu à grande vitesse. Ne laissez pas brûler,  stoppez la flamme avant que tout ne soit  détruit. Votre toile de coton brûle comme du papier. Aucune odeur particulière.  Le  tissu brûlé noirci, même s'il est rouge ou vert. Le bord du tissu  une fois la flamme éteinte est brun, régulier, laissant des résidus à peine palpables

LE LIN
Refaites la même expérience avec l'échantillon de lin. Ne vous pressez pas d'éteindre la flamme, le tissu brûle plus lentement. Soufflez pour éteindre et observez. La partie qui a été brulée n'a pas complètement disparue. Elle n'est plus qu'une forme grisâtre, même si le tissu est teint. C'est  ce que j'appelle le fantôme du lin c'est en réalité un squelette de l'étoffe disparue. Curieusement on retrouve la forme et les dimensions de la partie brûlée . Entre vos doigts elle ne résistera pas  tant elle est fragile et peut disparaître au moindre souffle.

LES ENNOBLISSEMENTS
Il s'agit des apprêts destinés à transformer les qualités intrinsèques d'une fibre. Ils faussent la donne des expériences mais il convient de les mentionner ici même sommairement.

LE COTON
Les tissus de cotons subissent un grand nombre d'apprêts. Les tissus de coton sont commercialisés sous des aspects très différents :  brillant, glacés, duveteux... en fonction de la demande, de la mode.

LE LIN
Les tissus de lin font rarement l'objet d'ennoblissement, car le lin naturel se suffit à lui même. En général les clients recherche justement ce coté irrégulier, artisanal, qui diffère des produits uniformiser.
En  écrasant la fibre (avec des rouleaux industriels) on obtient un  lin lustré, légèrement. Inutile de chercher un lin qui  aurait la brillance de la soie, ce n'est pas le but.
On trouve aussi des enduits, c'est à dire imperméabilisés. Idéal pour les nappes ou les imperméables légers.
Les lins lavés ont un grand succès commercial. Ils sont un peu comme les blues jeans "used",   industriellement  vieillis par des lavages successifs . Cet ennoblissement permet d'obtenir un lin neuf qui aura l'aspect d'un drap ancien passé maintes fois à la lessiveuses. Ce type de tissu  ressemble souvent au chanvre.

2 L'OUÏE

LE COTON
Prenez l'échantillon et entaillé le avec une paire de ciseaux sur quelques centimètres. Puis prenez les deux parties  et tirez d'un seul coup afin de séparer le tissus en deux. La déchirure est rapide, le tissu sépare  en droit fil et le bruit est clair, sec,  presque strident . C'est un cri aigu si le tissu est fin, si le tissu est plus épais le bruit sera plus sourd. On peut le comparer au son qui sort d'une clarinette.

LE LIN
Procédez de la même façon que précédemment. C'est  difficile, voir impossible ? Pourquoi ?
Parce que les fils de lins étant plus rigides et irréguliers, ils ne cèdent pas aisément à la traction, et une déchirure "propre" suivant le droit fil est impossible, les bords  du tissu seront irréguliers, comme effilochés.. Le lin est par conséquent un tissu très résistant. Le bruit  est  faible et  poussif. C'est l'équivalent d'un son d'un trombone

Un ou deux conseils : si vous allez dans un magasin de tissu et que le vendeur ou la vendeuse entaille et déchire d'un geste sec le tissu, il ne s'agit pas de lin pur. C'est un bon moyen de contrôler ce que vous achetez.

Vous avez peur d'acheter des articles en lin parce qu'il catalogué comme  difficile à entretenir. Il se froisse, se casse, et repasser vous ennuie profondément. Je comprends
Un truc pour vous faciliter la tâche
Si vous portez un pantalon ou une robe en lin, le soir au moment de prendre votre douche, suspendez  sur un cintre votre vêtement dans la salle de bain à proximité de la douche ou du bain. Il absorbera l'humidité ambiante, les plis disparaîtrons, il retrouvera sa forme initiale,  prêt à repartir pour le lendemain sans repassage.
avant l'eau


 après la goutte d'eau 

 Dans les pays chauds où l'air est humide le lin est le vêtement idéal. Par contre dans les pays chaud où l'air est sec un tour dans la salle de bains s'impose.

3 LE TOUCHER

Disposez les échantillons devant vous.

LE COTON
Posez votre main sur le coton. Il est frais, la sensation est agréable. Selon la longueur des fibres, le procédé de filature, la qualité du coton,  vous pourrez avoir sous les doigts un coton  dont la surface est lisse ou bien duveteuse, souple ou molle.
Dans la main une toile de coton  basique est quasiment sans saveur,  inodore, naturelle tout au plus et encore. Par contre dès que l'on touche à une toile de coton plus sophistiquée, la main est capable de percevoir les subtilités du tissage.

LE LIN
La main sur un morceau de lin vous sentirez une différence avec le toucher du coton. Le tissu en lin est froid. Le lin est  bon conducteur de chaleur, aussi la chaleur de votre main n'a aucune n'influence
Comme avec l'eau, la chaleur traverse le tissu, celui ci ne la conserve pas.
Dans la main,  le lin a une présence, un poids. La surface granuleuse et  irrégulière du lin confère au toucher une sensation forte,  reconnaissable.
Une personne habituée à manipuler les tissus, pourrait différencier le lin du coton les yeux bandés.

 Il est vrai que la fibre de coton est devenu tellement répandue dans le monde qu'elle peut sembler au premier abord insignifiante. Pourtant il faut savoir qu'il y a coton et coton. Si l'on sait faire la différence alors on entre dans le cercle des Tissus Addicts.

Le lin est une des fibres textiles les plus anciennes utilisées par l'homme. Sa production est moins répandue sur le globe et beaucoup plus faible que celle du coton. Ceci explique  son prix plus élevé que celui du coton. L'un influent sur l'autre, l'industrie du lin bien que très florissante est moins importante que celle du coton.


L'ODORAT

Le test incluant l'odorat est le moins probant de tous. Pourtant il est possible avec un "bon nez" de différencier les deux matières

LE COTON
L'odeur du coton est disons neutre.  Une toile de coton neuve n'a pas d'odeur. Mais un fois lavée avec des produits parfumés par exemple, le coton s'imprègne facilement ce qui fausse
Lorsqu'il brûle l'odeur dégagée est très faible, elle est comparable à celle du papier. Si la texture du tissu à été modifiée par un ennoblissement il se peut qu'une odeur particulière se dégage, mais nous sommes là dans des cas spécifiques

LE LIN
Les mêmes constatations à peu de choses près. Une toile de lin naturelle à une odeur. Elle n'est pas perceptible aisément. En y portant attention on décèle un léger parfum d'herbe, mais plus souvent c'est l'impression de poussière qui domine.


Voilà j'espère qu'avec ces quelques repères vous pourrez  en toute connaissances faire vos prochains achats textiles.

2 commentaires:

  1. Un très grand merci!

    Je connais quelques differences mais pas toutes. C'est très util.

    RépondreSupprimer
  2. Bonjour,
    Ah, quelle émotion que de trouver vos billets sur ce blog! A lire celui sur la différence entre lin et coton, j'ai un sanglot rentré. Je n'exagère pas, j'ai vraiment envie de pleurer car toute cette sensualité que met en branle un tissu, cette complicité charnelle avec l'étoffe, je venais parfois les satisfaire en flânant dans les allées de votre caverne magique, je veux dire De Gilles. Je vous connais depuis la rue des Tournelles quand, adolescente, je passais le seuil un peu intimidée, sans autre projet que venir rêver devant vos tissus. Depuis, j'ai appris à coudre et suis venue de temps en temps acheter une coupe de ceci ou de cela, dont certaines dorment encore dans mes caisses. Il y a quelques semaines, je suis passée en bus devant votre porte et là, je n'ai pas pu me retenir. Un son est sorti de ma bouche quand j'ai vu que De Gilles avait fermé, définitivement. Quelle désolation. Je me suis sentie triste comme si quelqu'un était mort. Et cela dure encore.
    Je vois néanmoins que votre vie est riche de voyages, de rencontres, de découvertes. Tant mieux, j'en suis contente pour vous. J'imagine qu'il n'y avait personne pour prendre votre suite. Encore une fois, je m'en désole.
    Et ces trésors que vous abritiez, où sont-ils donc partis? Quelqu'un a-t-il néanmoins repris le flambeau ailleurs?
    En attendant, peut-être, une réponse de votre part, je me consolerai en lisant votre blog. Surtout, surtout, continuez de nous parler de tissu.
    Un grand merci pour vos articles déjà postés. Milo

    RépondreSupprimer